David Stéphan, de Farmor au P’tit Bonheur à Guingamp : « Barman, c’est le job que j’ai préféré. »

0
144

Pour David Stéphan, c’était le moment ou jamais de changer de cap. Certes, son emploi de chef de production à l’entreprise Farmor de Saint-Agathon lui offrait une situation confortable mais, à l’approche de la cinquantaine, l’envie d’ouvrir un bistrot bien à lui a été la plus forte. Et c’est ainsi qu’est né Au P’tit Bonheur, lieu de sociabilité par excellence.

« De tous les jobs que j’ai fait, c’est celui de barman que j’ai préféré », commence David.
Le tout nouveau patron de café guingampais ne se retrouve donc pas en terre inconnue.
« J’ai commencé derrière le comptoir à 15 ans, poursuit-il. Puis, plus tard, j’ai tenu un bar à Saint-Brieuc. »
Cela faisait déjà un bon moment que le chef de production pensait à cette possible reconversion.
« Je réfléchissais à mon projet depuis 2-3 ans. J’étais fatigué de faire les 2×8. Et, de plus, l’ambiance n’était plus tout à fait la même depuis que Farmor a été racheté par le groupe LDC. En fait, je n’étais plus en phase avec l’entreprise. »
Mais, bien sûr, un tel virage ne s’opère pas sans peser le pour et le contre, ne se fait pas sans concertation familiale et sans quelques hésitations.
« Est-ce le bon moment ? Est-ce la bonne conjoncture ? Est-ce le lieu adéquat ? On se pose en effet beaucoup de questions. Mais, à 49 ans, il fallait y aller car, après, je pense que je n’aurais peut-être pas eu l’énergie nécessaire. »
Et de l’énergie, il en a fallu à David et à son équipe. Car, depuis juillet, le bistrot ne désemplit pas. C’est un des gros succès de l’été, qui s’est confirmé durant l’automne.
« Je crois qu’il y avait un manque à Guingamp. Je suis d’ailleurs un des seuls à fermer tard. »
Tout au long de la journée, le P’tit Bonheur voit ainsi passer une clientèle extrêmement variée.
« J’aime bien cette diversité de population, se réjouit celui qui apprécie l’ambiance des bars à toute heure. « Que ce soit le matin avec les gens qui viennent boire leur café avant d’aller au travail, l’après-midi avec des retraités ou encore à l’apéro du soir avec les jeunes et les moins jeunes. »
Le concept, à l’évidence, plaît. La terrasse est accueillante et l’intérieur a quelque chose de cosy.
Et surtout, David a misé sur la qualité en s’associant avec quelques commerçants locaux. Le maître d’œuvre de sa carte des vins est, par exemple, Bernard Le Balc’h de La Cave à vin, alors que les charcuteries sont en provenance de la Maison Féger, les fromages des Saveurs d’Antan et le pain de la boulangerie St-Michel.
« En ce qui me concerne, c’est une évidence de mettre en valeur les bons artisans. »
De toute évidence, David souhaite que son bar « soit un endroit de passage et de rencontre où les gens se sentent bien et aient envie de revenir. » Cela semble plutôt bien parti.

Au P’tit Bonheur
Vins, bières, planches de charcuterie…
2, rue Marcel-Paul à Guingamp
Ouvert 7j/7 l’été.
Sinon les mardis de 8h à 19h, les mercredis de 8h à 20h, les jeudis de 8h à 23h, les vendredis de 7h30 à 1h00, les samedis de 8h à 1h du matin et les dimanches de 8h à19h. Fermé les lundis (hors jours fériés).

Des expos et concerts sont organisés régulièrement Au P’tit Bonheur (ex. Au Diable Vos Verres). Il sera également possible d’y voir les matchs de foot. De nombreux journaux, BD et livres (de Mots et Images) sont également à disposition des clients.