Virginie Guezou, infirmière devenue commerçante : « C’était écrit, comme une évidence. »

0
149

Ne nous méprenons pas : Virginie aimait beaucoup son métier d’infirmière. Mais, après quinze ans de pratique, elle avoue qu’elle se sentait épuisée professionnellement. Il était vraiment grand temps de changer d’univers. Et c’est ainsi qu’elle est devenue commerçante, dans un monde qui ne lui est pas totalement inconnu.

« Depuis que j’ai changé de profession, j’ai l’impression d’avoir vingt ans, de commencer une nouvelle vie », se réjouit la pétillante Virginie Guezou.
Cela fait maintenant trois bonnes années qu’elle a troqué sa blouse blanche pour un «habit » de conseillère de vente en lingerie et sous-vêtements féminins.
Le monde du commerce, on peut dire que Virginie le connaît bien.
« Toute petite, je baignais dedans. Je venais tous les jours au magasin* que tenait ma mère, Anne-Yvonne, place du Centre à Guingamp. Et je pense que j’ai toujours su que je deviendrai un jour commerçante. En quelque sorte, c’était écrit, comme une évidence. »
Pourtant, sa vocation première était on ne peut plus claire : « être infirmière ! »
De fait, elle le sera une quinzaine d’année durant à Paimpol, spécialisée en plaies et cicatrisations.
« J’ai adoré ce métier, confie-t-elle. Mais, à la longue, avec cette trop grande charge de travail et le manque de personnel, ce n’était plus possible. Ça devenait inhumain, à la limite de la maltraitance. Et, cela, j’avais du mal à le vivre, à le digérer. »
Alors, après mûre réflexion, Virginie a pris une dispo et effectué un beau voyage familial en Inde, histoire de marquer la rupture, avant de rejoindre sa mère. Tout d’abord comme salariée à Lamballe, puis à Guingamp.
Bien sûr, ce « grand changement » ne s’est pas fait sans réflexion. Mais ses deux enfants, son conjoint et ses parents l’ont alors fortement encouragée à franchir le pas.
« Ils m’ont tous dit : fais ce qu’il te plaît ! »
Et aujourd’hui, Virginie, devenue entre temps « patronne » des RougeGorge de Guingamp et de Lamballe, ne regrette absolument rien.
« Le travail me plaît tellement. Je suis épanouie. Et j’ai un grand plaisir à prendre soin de la femme. »

  • * Phildar, ODY 7 puis Cannelle qui deviendra RougeGorge. Anne-Yvonne possédait également une enseigne à Lamballe.

RougeGorge Lingerie
12, place du Centre
Guingamp
02 96 21 79 06
Ouvert les lundis de 14h à 19h et les mardis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis de 9h30 à 19h.
Et aussi à Lamballe au 35, rue du Val.