Châteaux et domaine de Quintin : Murder party et dîners aux chandelles

0
472

Un parc, deux châteaux, une tour

Le parc situé au cœur de la Petite cité de caractère® n’abrite pas un mais deux châteaux. Sans oublier une intéressante tour des archives médiévale, datant du XIIIe, actuellement en travaux.
« Ce qui devait être un château à cour carrée (XVIIe) est en fait inachevé, explique Solange Frotier de Bagneux, épouse de François, descendant direct de la lignée qui possède ce domaine depuis plus de huit-cents ans. Seule une des quatre tours initialement prévues, celle qui domine l’étang, a pu être édifiée. » L’évêque de Saint-Brieuc et le roi de France Louis XIV voyaient en effet d’un très mauvais œil qu’une famille protestante construise ce qui aurait été le plus grand château classique de Bretagne et fortifie ainsi ce bastion huguenot.
Ils feront stopper les travaux en 1666. La marquise de La Moussaye, fort courroucée, aurait même, à cette occasion, levé la main sur l’homme d’église… Le manque d’argent de la famille expliquerait aussi en partie l’abandon de cette construction.
Ensuite, après une vente et quelques successions, le duc Guy-Nicolas de Durfort, catholique quant à lui, entreprend de transformer les anciennes écuries, en élevant à chaque extrémité un pavillon (XVIIIe), qui constituent l’ossature de l’actuel château.
La cour sera ensuite transformée et un jardin à la française créé en 1935.

Mystérieux meurtre au château de Quintin

L’année 1986 est, à l’initiative du comte Gérard de Bagneux, la date d’ouverture du château au public qui permit d’éviter le pire, à savoir la vente du bien. Et, aujourd’hui, ce sont Caroline, sa fille Florence, son fils François et sa belle-fille Solange qui ont repris le flambeau. Et ceux-ci rivalisent d’idées originales pour transmettre la riche histoire de ce patrimoine (voir page précédente).
Ainsi, il n’est pas rare de voir, lors de murder partys extrêmement bien suivies, des dizaines d’enquêteurs déambuler à la tombée de la nuit dans le parc ou au rez-de-chaussée du château à la recherche de précieux indices afin d’élucider une affaire de la toute première importance : celle d’un mystérieux meurtre intra-muros. « Nous en sommes, avec notre partenaire extérieur, au quinzième scénario. Et il nous épate à chaque fois. Au printemps, il s’agissait d’un enterrement de vie de garçon. Cet été, ce sera sur le thème du mariage. » Et que dire des dîners et visites aux chandelles qui raviront les plus romantiques sinon qu’aucun fantôme n’a été jusqu’ici signalé ? À moins qu’un lointain aïeul de François Frotier de Bagneux ne rôde dans les parages. En toute discrétion.

La fréquentation du château est en hausse permanente. « Environ 10 000 personnes se sont déplacées l’an dernier », se félicite Solange Frotier de Bagneux. Aujourd’hui, quatre générations habitent le château qui a reçu en 2020 la somme de 271 000 euros de la mission du patrimoine confiée à Stéphane Bern. Par, ailleurs précisons que Quintin était l’une des neuf baronnies bretonnes.

Châteaux de Quintin
Visites guidées, Murder party, dîners et visites aux chandelles, expos bibelots, éventails, robes de baptême, visites théâtralisées, séminaires d’entreprise, nuits du château…
En cœur de ville à Quintin.
Tél: 06 88 96 09 75
www.chateaudequintin.fr

Le potager et le grand salon (ci-dessous) sont ouverts à la visite comme les jardins et l’ensemble du rez-de-chaussée.