La Cidrerie du Loup à Plouézec : À l’ancienne, sur un modèle fermier

0
91

Morgan Formont est un homme de convictions. Sa production de cidre, de chouchen et de cidromel, il la conçoit à l’ancienne, sur un modèle fermier. Sans pesticides et sans levure. Surtout pas. Ainsi, il se sent « en pleine harmonie avec sa conscience. »

On peut le dire sans se tromper, Morgan Formont n’est pas un cidrier tout à fait comme les autres. Il est en effet l’un des tout derniers à fabriquer ses cidres, chouchens, mélomels et autres cidromels en fermentation naturelle.
« Je n’utilise jamais d’intrant, ni de levure », souligne-t-il.
Autre singularité, Morgan ne possède pas de vergers. Ses pommes, il les glane chez des particuliers dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres autour de Plouézec.
« Bien souvent chez des retraités ou des personnes seules, qui n’ont pas le temps de les ramasser. En tout cas, il y a dans ce domaine une belle solidarité. »
Son process de fabrication bannit également toute mécanisation. « Je bosse à la main, dit-il. Et ça fait un sacré boulot, notamment en automne qui est pour moi une saison intense. »
Celui qui était il n’y a pas si longtemps encore caviste ambulant sur l’ensemble de la Bretagne a appris son métier, si on peut l’écrire ainsi, en autodidacte, au gré des rencontres. Et une personne en particulier lui a énormément apporté : Bébert de Lanloup. « Je l’appelle mon Maître cidrier. Il m’a accueilli chez lui, dans sa ferme, et m’a transmis beaucoup de son savoir-faire. À l’ancienne. C’est d’ailleurs devenu un ami. » Un ami qui peut être fier de son disciple, car la production de la Cidrerie du Loup tire vers le haut et ne s’inscrit absolument pas dans « une standardisation du goût » si fréquente de nos jours.
« Malgré un certain stress, j’étais content de ma première cuvée (en 2021, ndlr). Elle était tip top. Pourtant, ce n’est pas si simple de trouver les bons assemblages. » L’an passé, mille litres de cidre ont été pressés alors que quatre cents litres de cidromel (mélange de cidre et de miel) et deux cent cinquante de chouchen ont été mis en bouteille. Le tout vendu quasi exclusivement en direct (90%). Surtout en été auprès de touristes de passage et de quelques locaux.
Cette année, ce sera différent : la production fera, au détriment du cidre (500l seulement), la part belle au cidromel (2 000 l) et au chouchen (1 000 l) à qui Morgan aimerait tant redonner ses lettres de noblesse.

Cidrerie du Loup
12, chemin de Kergolet
Plouézec
09 73 29 94 63