Philippe Desarme, Photographe d’art à Paimpol : Privilégier le ressenti de l’instant

0
180
* Le Phase One est un appareil photo numérique moyen format danois plutôt coûteux qui pourrait faire songer à un Hasselblad. La technique s'apparente un peu à celle d'un grand format avec l'utilisation d'un pied. Le Phase One de Philippe Desarme est le plus souvent muni d'une focale fixe 55 mm f2,8, l'équivalent d'un 35 mm sur un boîtier ordinaire. « C'est proche de l’œil humain et elle est parfaite pour la profondeur de champ. » Tout ce matériel donne un rendu plus que parfait avec une très belle définition.

La technique photographique de Philippe Desarme est particulière. Il travaille le plus souvent en pose longue (de 20 secondes à 2 minutes 30 pour les néophytes) avec un appareil peu commun, le Phase One *, posé sur un solide trépied. Cela donne des photos clairement artistiques aux effets quelque peu vaporeux.

Philippe Desarme se considère avant tout comme un contemplatif et compose, tel un maître en peinture, ses images avec grand soin. « Il y a un travail d’anticipation. Je passe plusieurs jours au même endroit. Après, il faut regarder et chopper le truc. Parfois, on a, par hasard, un coup de bol. Dans une photo, il faut de toute façon qu’il se passe quelque chose. » Ces paysages, sans trucage aucun, sont du fait de sa technique abstraite et résolument poétique. Et, ici, avec les incroyables lumières paimpolaises, il préférera toujours la couleur au noir et blanc. « Il y a une palette hallucinante. C’est assez fantastique. Ce n’est pas étonnant que de nombreux artistes peintres se soient installés dans la région. » Mais au lieu à proprement parler, il privilégiera plutôt « le ressenti de l’instant. »
Une question d’émotion. Récemment, Philippe a ainsi passé quatre jours à Bréhat pour ne ramener qu’une seule et unique photo…
Ces photos justement, Philippe les expose dans sa galerie de la rue Georges Brassens, située à l’arrière-port de Paimpol, où le public peut les découvrir en très grands formats. « Je vends toute l’année bien qu’il y ait plus de passage l’été. 80% de mon chiffre d’affaires se fait à la galerie, même si les ventes sur internet ont tendance à progresser. Ma clientèle se compose de particuliers et d’entreprises. »
Cela fait maintenant huit ans que Philippe Desarme a pris ses « quartiers » en lieu et place d’Yvonnig, un photographe bien connu dans la cité des Islandais. Et le Nordiste de Tourcoing qui a longtemps vécu à Paris et dans le sud de la France, apprécie beaucoup sa vie d’aujourd’hui au bord de l’eau. « J’ai l’impression d’être en vacances, avance-t-il. Et je suis même devenu un véritable chauvin. »

En dehors de ces créations artistiques, Philippe peut également réaliser des portraits « avec une démarche photographique assumée » et des photos de mariage « avec l’intervention de maquilleurs et de coiffeurs ». Il organise aussi, mais très peu au final, des stages. Il préfère plutôt mettre en avant son travail artistique.

Philippe Desarme
Photographe d’art, studio, mariages de prestige (à sa manière), stages (un peu).
Prix des œuvres de 200 à 2 000 euros.
3, rue Georges Brassens à Paimpol
06 45 47 18 97