Anna, Lilie, Solée et Mona-Louise Gillet: quatre sœurs dans l’Art du temps

0
207
Encouragées par des parents bienveillants et un grand-père artiste et professeur d’arts plastiques, Mona-Louise, Solée, Lilie et Anna Gillet ont mis leurs talents respectifs au service de l'artisanat. Et les quatre sœurs, loin de se faire concurrence, sont solidaires les unes des autres. « Nous partageons nos retours d'expérience, disent-elles. Et nous ne nous serions peut-être pas dirigées vers ce genre d'activité si nous n'avions pas été ensemble. » (Photos Plc et DR).

Elles ont toutes emprunté le chemin parfois escarpés de l’artisanat d’art. Chacune à sa manière : la poterie pour Solée, le textile pour Mona-Louise et les bijoux et sculptures en métal pour Anna et Lilie. Rencontre avec quatre sœurs tout à fait de leur époque et en phase avec une éthique qui se veut vertueuse et responsable.

Solée Gillet a installé son atelier Le Tourne Sol dans la campagne centre-bretonne de Peumerit-Quintin, à quelques dizaines de mètres seulement de sa maison d’habitation.
Et c’est dans cet endroit lumineux, qui tient tout autant du hangar de menuisier que d’un labo de boulanger, que l’artisane se pose, imagine et façonne ses poteries depuis près de trois ans. Sa technique, si particulière, privilégie surtout l’estampage et le modelage.
« Cette façon de faire permet de créer des pièces aléatoires et uniques, précise celle qui a suivi un solide cursus scolaire en Arts appliqués au réputé lycée Joseph Savina de Tréguier avant d’étudier la céramique à l’école Duperré de Paris. Je joue avec les irrégularités des formes. Le résultat n’est ni parfaitement rond, ni totalement symétrique. Et c’est ce qui me plaît tant. »
Solée utilise essentiellement des grès qu’elle aime rustiques et tient à fabriquer ses émaux.
« Cela donne une gamme de vaisselles aux couleurs mates ou satinées adoucies aux tons de bleu et de vert qui font songer à la mer, au ciel ou, encore, aux bas-fonds. »
En fait, elle cherche à marier ces teintes à l’aspect à la fois brut et chaud de la terre cuite.
Son travail, tout en rondeur, est particulièrement abouti et ses assiettes, bols et beurriers sont « des fleurs idéales pour égayer notre quotidien et des soleils indispensables pour réchauffer nos intérieurs. »
Créatrice dans l’âme, sa sœur aînée Mona-Louise a aussi fréquenté Savina puis s’en est allée poursuivre ses études au sein de la célèbre école Boulle de Paris (aménagement d’espaces à vivre) et aux Beaux-Arts d’Angers (techniques textiles). Le monde de l’architecture lui tendait alors les bras mais elle a clairement préféré se diriger vers le design textile.
Peut-être une façon de renouer avec ses passions d’enfance pour le travail manuel et les arts du fil ?
« J’ai toujours aimé travailler de mes mains et être en relation directe avec la matière et la forme », confie-t-elle.
Et aujourd’hui, dans son antre de Laniscat, la designer adore composer avec les textures, les transparences, les volumes et les lignes afin de proposer une originale et vertueuse collection contemporaine de luminaires et de coussins qu’elle conçoit du dessin à l’ultime coup d’aiguille.
Mona-Louise, qui a parfaitement conscience des dérives de l’industrie du textile, tient absolument à orienter sa production vers une irréprochable éthique.
« Je crée des objets singuliers pensés pour durer et je privilégie l’économie circulaire. Je n’utilise d’ailleurs que de la laine et du lin français et mes fils sont toujours de seconde main. »
Dès lors, doit-on s’étonner qu’avec de tels exemples, Anna et Lilie, les deux plus jeunes sœurs de la sororie, aient elles-aussi opté pour un métier d’artisanat ?
À l’évidence non. Ainsi, après l’indispensable Savina, elles ont pris la direction de Brest afin de peaufiner leurs connaissances.
« Là-bas, nous avons appris à travailler le métal. C’est un peu magique car on se bat sans cesse avec la matière qui, tout le temps, nous résiste. Mais avec de la persévérance, on peut la réduire en chewing-gum », s’amusent-elles.
Résultat(s) : depuis l’été dernier, sortent de leur atelier de délicates sculptures et d’admirables bijoux à l’identité déjà bien affirmée qui se feront une joie de jouer avec votre corps. « On nous dit souvent que notre travail est fin. Nous, ça nous va ! »

Rizom Atelier textile
Mona-Louise Gillet
Designer textile – pièces uniques
Laniscat

06 08 76 81 81
www.rizomateliertextile.com

Le Tourne Sol
Solée Gillet
Artisane potière
Kerbidiry
Peumerit-Quintin
le_tourne-sol
07 82 89 08 09
www.poterie-letournesol.fr

Les métalleuses en fusion
Anna et Lilie Gillet
Bijoutières, sculptrices et dinandières
10 Fontaine Leur
Laniscat
07 68 21 91 93 ou 07 68 30 73 41
  metalleuses_en_fusion

Au Ch’ty Coz du 20 avril au 27 mai
C’est une première, les quatre sœurs vont exposer leurs travaux au Ch’ty Coz à Bulat-Pestivien du 20 avril au 27 mai prochain. « Emmanuelle nous a laissé carte blanche. Ça va être une chouette expérience de voir nos univers côte à côte. »
Le Ch’ty Coz 1, Plasenn ar Skol à Bulat-Pestivien