La Froment du Léon : tellement crème et vachement beurre****

0
40
Nicolas Adam, le chef étoilé de La Vieille Tour à Saint-Brieuc, a acheté il y a quelques années une vache, Henriette, lorsque Stéphane Terlet a eu un besoin de trésorerie. Sa façon bien à lui de « participer au maintien de la production de ce beurre. »

La vache Froment du Léon qui est originaire d’un territoire qui va de Paimpol à Saint-Brieuc, produit moitié moins de lait qu’une laitière dite classique. Mais celui-ci est bien plus fruité et particulièrement riche en minéraux, en bêta-carotène (antioxydant) et en bon acide gras. Ce qui donnent une crème de grande qualité et un beurre de couleur bouton d’or, tirant parfois sur l’orange. Réputée docile et à la robe caramel plus ou moins foncée, elle a une allure affinée et est de taille modeste : 1,40 m au garrot pour environ 500 kg. Cette vache rustique bien acclimatée au climat tempéré de notre région peut vivre dehors à l’année. Celle qui est parfois appelée Vache à Madame (car souvent élevée par les femmes) ou Vache des châteaux (elle a entretenu pendant des siècles les terres de la noblesse), a bien failli disparaître. Il ne restait en effet plus qu’une trentaine de mères dans les années 1970-80 alors qu’il y en avait 35 000 de recensées au tout début du XXe siècle. Nous en comptons aujourd’hui plus de 700, ce qui porte plutôt à l’optimisme quant à la conservation de cette race qui est néanmoins toujours considérée comme menacée.
**** « La marque « Le Froment du Léon : tellement vache et vachement beurre » a été créée en 2015 par la Fédération des races de Bretagne.