Equinature : équidés, maturité, solidarité

0
916

Un centre équestre unique : ni box, ni manège… Ici on recueille les bêtes promises à la boucherie ou de propriétaires absents. Pour leur bien-être et celui des promeneurs.

La moitié des pensionnaires l’ont échappé belle. Trop vieux, ils allaient passer directement d’un centre équestre à l’abattoir. Il y a plusieurs années, Marie Prat-Siffre, fondatrice d’Equinature, s’en est émue. Depuis elle en recueille une quinzaine qu’elle fait travailler. Un peu: deux heures par jour max, et ceux qui ne peuvent plus se reposent jusqu’à la fin : « Entre le véto et le fourrage, ça nous coûte un bras, mais au moins ils sont bien ».
Ils côtoient une quinzaine de pensionnaires plus jeunes dont les propriétaires ne peuvent s’occuper : manque de temps, expatriation… et qui savent qu’ici ils seront bien traités. En échange, jeunes et anciens promènent touristes, scolaires, particuliers… à travers landes et chemins creux, forêts et plages (et même en mer). Certains travaillent pour payer la retraite des autres. Une forme de solidarité équine.
Attention, si le rythme est soutenu en été avec un départ chaque demi-heure, aucun cheval ne bosse plus de trois heures par jour, avec un repos minimal de 50 minutes entre deux sorties. Et puis il y a les compensations : 10 hectares d’herbe tendre, la liberté de circuler entre prairie et abri, loin de tout box-prison. « L’ennui c’est qu’ils sont trop gâtés, sourit Marie, ils grossissent. »
Equinature revendique aussi une fonction pédagogique en accueillant, entre autres, scolaires, handicapés, ou même… pompiers (voir éclairage). Mais tout un chacun peut mettre le pied à l’étrier de cette aventure qui sort vraiment des sentiers battus.

Chevaux et pompiers apprennent à se connaître

Avec le retour en grâce du cheval pour le loisir ou le travail, notamment la nouvelle police montée perrosienne, les pompiers peuvent être confrontés à des situations inédites. Le nombre croissant de chevaux sur nos petites routes en atteste. C’est la réflexion que s’est faite Marie Prat-Siffre en proposant aux pompiers perrosiens une formation gratuite, en plusieurs sessions, aux secours d’urgence. Blessé, un cheval peut se montrer imprévisible, dangereux. Comment aborder, rassurer, transporter l’animal ? Une formation qui a laissé de bons souvenirs à tous, hommes ou montures, et que Marie est prête à renouveler auprès d’autres centres de secours.

Equinature, chemin du Conté Pleumeur-Bodou, 06 34 68 02 36
www.equinature-bretagne.com