Moulin de Traou Meur : Quand l’art s’offre un balcon sur le Trieux

0
175
Les colonnes de Philippe Gouwy ouvrent ce jardin. En bas à gauche il s’agit d’oeuvres de Michel Audiard alors que la cheval a été réalisé par Bruno Guéhéneuf

Echange de bons procédés. Jean, son mari, voulait offrir une sculpture à Alyette. Leur quête les a menés jusqu’à Jean-Louis Cléret, galeriste à Paimpol, qui, en retour, a trouvé en leur jardin le cadre idéal pour exposer les œuvres monumentales de trois sculpteurs doués.

L’idéal est d’arriver tôt, vers 14 h, quand le jardin fait encore la sieste. Le visiteur y est rare et le jardin alangui, au zénith de sa splendeur. Sur la gauche, le Trieux. S’il est à marée haute, c’est encore mieux. Au détour d’une arche ruisselant de fleurs, on découvre soudain une chatte jouant de la harpe, un poisson du violon, dans l’ancien moulin à marée un cheval taquinant la contrebasse. Ce sont les Z’Animaux musiciens de Michel Audiard taillés au laser d’après les vrais animaux de Pascal Nègre, directeur d’Universal.
Dans le moulin même, en plus de l’architecturale mécanique, on découvre le travail sur bois de Philippe Gouwy qui nous avait déjà interpellés par ses monumentales colonnes évidées à l’entrée. On monte encore, en hauteur et en sensations. Dans une clairière dominant le fleuve un cheval immobile court dans l’herbe folle. Plus loin un spectre rouge (fantôme ou animal mythique ?) tranche à vif entre ciel et prairie. Ailleurs, un monolithe suspendu dans le vide dépeint une envie de voler de Bruno Guihéneuf, le troisième homme.
18 sculptures sont ainsi exposées, sans parler du jardin, œuvre d’art à part entière. L’herbe n’y est rasée que sur les chemins. Ailleurs, elle est laissée en liberté, aussi libre que l’imagination débridée de ces trois artistes d’exception.

RVB-1

Jusqu’au 16 septembre. Moulin de Traou Meur, Pleudaniel. Parcours fléché depuis le bourg.
Tél : 06 76 35 12 00. Tous les jours, de 14 h à 20 h. Entrée libre. Des dons sont possibles pour le Neurodon.

RVB-6RVB-4RVB-5