Trédaniel : L’étrange chemin de l’Ecce Homo *

0
11

5,5 km pour 1h40 de balade, assez facile, très bon balisage jaune-rouge puis jaune.

7

1. Départ devant la mairie de Trédaniel. Vous remontez vers le haut du bourg et vous vous dirigez vers l’église Saint-Pierre en empruntant une petite route bien agréable sur votre gauche.
2. Poursuivez par la rue des Cytises (à gauche) qui vous mène aux terrains de football. Vous laissez l’Epine derrière vous et vous arrivez, somme toute assez vite, à la chapelle Notre-Dame-du-Haut. Les vitraux qui racontent la légende d’un pendu et de la Vierge-Marie sont magnifiques. 200 mètres plus loin, à travers bois, vous attend la fontaine de Notre-Dame-du-Haut. A voir.
3. Vous revenez sur vos pas et vous continuez, à gauche, par le chemin du bief jusqu’au Prieuré et au faubourg St-Michel de Moncontour. Cette portion est particulièrement agréable. Vous découvrez ça et là des étangs, de solides murs en pierre et le modeste cours d’eau du bief. Arrivé à Moncontour, nous vous conseillons de vous rendre (c’est un tout petit détour) au cœur de la cité médiévale. Ça en vaut vraiment la peine. Sinon, c’est à droite par la Venelle du Montier.
4. Peu après, prenez à droite encore, il faut suivre le panneau « Chemin de l’Ecce Homo, Trédaniel 1,2 km ». Vous passez devant les vétérinaires (route du Moulin St-Michel) et puis c’est à gauche devant les cyprès (il manque peut-être une flèche). Vous passez tout près de l’étang Martin et vous continuez, toujours en suivant le panneau. Une pente (très) raide vous est offerte avec un filin pour vous aider à passer cet endroit difficile qui conduit aux fourches patibulaires. C’est là que l’on exécutait les condamnés à mort. Vous ne vous attardez surtout pas et vous poursuivez afin d’atteindre un lotissement. Ensuite, prenez à gauche puis à droite puis de nouveau à gauche (dans un bois). Vous arrivez à l’étang de l’Enseigne que vous contournez. Vous êtes alors tout près du point de départ de cette très belle balade.

* « Ecce homo » veut dire « voici l’homme ». Cette phrase a été utilisée par Ponce Pilate quand il a présenté Jésus, battu et couronné d’épines, à la foule avant sa crucifixion.

4

3

2

1

6