La Grange Vadrouille à Plestin-les-Grèves : Go out for the Furious Fiesta !*

0
515

Le projet pouvait de prime abord paraître osé en cette période incertaine d’après Covid. Voire franchement gonflé. L’idée de créer un tiers-lieu culturel et festif dans la campagne de Plestin-les-Grèves n’était en effet pas forcément vouée à la réussite. Et pourtant…

Hadrien Roume, Raphaël Nicol et Martin Gestin (manque Elena Fichet) sont particulièrement complémentaires et, chacun, dans son domaine de compétence, joue avec harmonie sa partition dans le fonctionnement de la Grange Vadrouille. (Photos Plc et Dr) * Paroles d’un titre de la Mano Negra.

Et pourtant, la Grange Vadrouille a accueilli l’été dernier, pour sa toute première saison, plus de 18 000 personnes. Une sacrée performance.
Le cadre, un beau manoir du XVIe, et l’offre particulièrement éclectique du tiers-lieu ont su séduire et attirer à Porspoden un public de tous âges et de toutes conditions désireux de faire la fête dans une ambiance décontractée.
« Notre concept plaît, indique Hadrien Roume, l’un des quatre trentenaires à s’être lancés dans cette folle aventure. Ici, on peut manger, boire et danser en toute simplicité. »
Mais pas que. La liste des événements (trente concerts de musiques du monde, une quinzaine de spectacles de rue, du théâtre, des tables rondes, des ateliers créatifs, un marché hebdomadaire…)prend vite des airs d’inventaire à la Prévert.
« Il en faut un peu pour tout le monde, » assure, tout sourire, Martin Gestin.
Et si la saison passée a été un joli succès, celle qui vient de débuter à la mi-juin porte à l’optimisme. C’est en tout les cas bien parti !
Et cette réussite fait plaisir à voir car l’histoire de cette Grange Vadrouille sort quelque peu de l’ordinaire et mérite d’être racontée : une histoire où la Covid a joué un rôle de premier plan.
Elena Fichet, Raphaël Nicol, Hadrien Roume et Martin Gestin, amis depuis toujours et qui se connaissent, pour certains, depuis l’école primaire à Locquirec, travaillaient dans la restauration et se sont retrouvés, de fait, quelque peu désœuvrés durant cette pénible période de pandémie (2020).
« Nous avons alors proposé à un copain maraîcher d’effectuer pour lui des livraisons de paniers de légumes. Ensuite, nous avons aménagé un hangar pour que les gens puissent boire un coup lorsqu’ils venaient chercher leurs achats, puis on a fait à manger, avant d’organiser des concerts. Et ça a très, très bien marché ! », déroule Raphaël Nicol. D’où cette idée, pas si bête au fond, de créer, ensemble, un tiers-lieu.
« Mais, il était impossible de rester là-bas. Nous avons alors cherché et sommes tombés sur cette magnifique bâtisse à vendre. »
Bien sûr, rien n’a été simple, notamment au niveau des banques quelque peu frileuses devant ce genre de projet.
Mais, à un moment donné, les planètes -un propriétaire jouant vraiment le jeu, le soutien de la municipalité, une Caisse d’Épargne à l’écoute, des copains solidaires- se sont alignées et l’affaire a pu se faire.
Et, après de conséquents travaux -ils ont tout fait eux-mêmes mis à part le terrassement et l’électricité-, le manoir et sa magnifique grange se sont métamorphosés en un tiers-lieu de vie festif où les termes bio et proximité prennent tout leur sens. Tout comme ceux de camaraderie et de convivialité.

La Grange Vadrouille
Concerts, animations, bar, restaurant-cuisine du monde de juin à septembre. Location pour mariages ou autres de mars à juin.
Ouvert du mercredi au samedi soir (de 17h00 à 1h00) et le dimanche midi (brunch)et soir.
Prospoden à Plestin-les-Grèves
06 24 03 70 82
www.lagrangevadrouille.fr