Ils ont tant aimé la voir en peinture

0
2032
La plage de Trestrignel, lieu de villégiature et d'inspiration pour le peintre Maurice Denis. On reconnait au fond la villa Silencio qu'il avait acheté

Au XIXe, le train fait découvrir en Bretagne aux peintres qui trouvent en ses côtes sauvages un nouvel Eldorado pictural. Il y eut l’école de Pont-Aven, du Faouët, mais aussi le groupe de Perros-Guirec. Entre autres peintres amoureux des lieux, quatre noms émergent.

Maurice Denis

L’un des principaux Nabis, peintres symbolistes qui n’hésitaient pas à forcer sur les couleurs pour transcender la nature. Denis passait l’été dans sa villa Silencio à Trestrignel et recherchait le sacré dans les paysages perrosiens, la trame mythologique. Il a ainsi peint la lutte de St Georges contre le dragon sur les rochers de Ploumanac’h, a facilement dénudé ses baigneuses sur la plage de Trestrignel (à une époque où ça se faisait peu) pour en faire des nymphes, ou peint plus religieusement le pardon de La Clarté. A la chapelle du même nom, on peut encore admirer ses 14 stations du chemin de croix.

La plage de Trestrignel, lieu de villégiature et d'inspiration pour le peintre Maurice Denis. On reconnait au fond la villa Silencio qu'il avait acheté
La plage de Trestrignel, lieu de villégiature et d’inspiration pour le peintre Maurice Denis. On reconnait au fond la villa Silencio qu’il avait acheté

Albert Clouard

Introverti, ayant perdu tôt son épouse, Clouard  cherche le réconfort dans les paysages de cette Bretagne qu’il aime par-dessus tout. Il ne vise pas le réalisme, mais restitue de mémoire l’émotion suscitée par le paysage. Ainsi cette montée vers La Clarté n’est-elle fidèle qu’à la lumière du soir. Clouard a aussi peint l’arrivée crépusculaire de St Guirec dans l’anse qui porte son nom ou les bineuses de patates au-dessus du Ranolien. Une fausse naïveté semble nimber ses toiles, elle est plutôt, tout comme chez son ami et modèle M. Denis, une nostalgie de l’Âge.

29

Georges H. Sabbagh

G.Sabbagh, était tellement amoureux des lieux qu’il prête à ses nus les formes et couleurs du granit de Ploumanac’h, allant même jusqu’à les remplacer. Mais on reconnaît au loin la chapelle du tertre. Le tableau s’intitule d’ailleurs Plénitude à La Clarté.

31

Jules Émile Zingg

Venu en 1914 à Perros par les hasards de l’exode, sous l’influence de Maurice Denis et Paul Sérusier, il délaisse l’académisme pour un art plus moderne, même si ses sujets restent champêtres. Il peint même d’improbables moissons sur le tertre de La Clarté. Il séjournera plusieurs fois à Perros jusqu’en 1930, mais c’est au Yaudet qu’il peindra sa toile la plus connue.

43