Hisse et ho ! au Char à Bancs : Encore et toujours plus haut !

0
163
Guillaume, Louise et Jeanne-Noëlle sur la terrasse du Char à Bancs avec pour horizon la verte vallée du Leff.

Le Char à Bancs a su faire de son environnement un véritable atout. Nichée dans un merveilleux cocon de verdure sur les rives du Leff, la ferme-auberge de Plélo multiplie en effet les offres d’animations en plein air.
Ainsi, on ne vient plus seulement au Char à Banc pour son irréprochable potée traditionnelle, son cidre, ses crêpes ou ses galettes mais également pour se détendre et s’amuser.
Après les pédalos, les balades à poney, le jardin potager, le château fort, le toboggan et le tumulus, voici la dernière née des attractions de la ferme-auberge : le hisse et Ho !
Guillaume et son épouse, Louise Lamour, ont découvert ce concept il y a quelques mois seulement au parc zoologique du château de Branféré.
« Ce Parcabout, qui n’est pas de l’accrobranche, a été imaginé par « les chiens noirs », des marins à la retraite de l’île de Groix. C’est une sorte d’énorme hamac fait de filets et de filins au milieu des bois, perché de 6 à 12 mètres au dessus du sol, » explique Guillaume.
Particulièrement séduit, le couple décide très vite d’en implanter un dans la vallée du Char à Bancs. Et après une année, l’activité décolle bien, très bien même.
Et les nombreux visiteurs, on parle de près de 10 000 personnes, semblent prendre de plus en plus goût aux innombrables possibilités qu’offre cette installation de 1500 m2: cabrioles, sauts, bonds, balle au prisonnier, jeux de foot ou de volley en l’air et bien plus encore.
« Vous êtes comme sur un filet de catamaran, continue Guillaume. Ici, vous n’avez pas besoin de harnais, vous êtes en totale sécurité, il y a zéro risque. La consigne, c’est qu’il n’y a pas de consigne. Les gens peuvent se lâcher, faire les fous.»
Ce serait même conseillé.

La saga des Lamour

Précurseurs et inventifs, Jean-Paul et Jeanne Lamour l’ont toujours été. Comme cette fois où ils proposèrent des promenades et des numéros de poneys shetland à l’Escale, la grande surface des Villages à St-Brieuc. Il faut bien avouer qu’à l’époque, beaucoup restèrent sceptiques voir goguenards devant cette expérience. Ce fut pourtant un succès. Nous étions alors en 1967.
Peu après, ils achètent le moulin de la Ville Geffroy à Plélo. Et deux ans plus tard, l’exploitation agricole devient une ferme-auberge, le 16 mai 1971 exactement. C’est la bonne idée, la très bonne idée même.
La potée, les galettes et les crêpes font vite la renommée de l’établissement. La clientèle est particulièrement séduite par le lieu, par l’ambiance champêtre de cette vallée du Leff.
Jamais à court d’idées, Jean-Paul et Jeanne ouvrent peu à peu une brocante, des chambres d’hôte, produisent leur propre électricité et mettent en place quelques animations (des pédalos sur la rivière, promenade de poneys).
Tombées depuis toute petites dans le chaudron magique, les trois filles de la maison, Jeanne-Noëlle, Céline et Louise (leur frère Corentin a depuis souhaité prendre un peu de recul avec l’affaire familiale), prennent tout naturellement les manettes de la ferme-auberge en 2002, année du départ en retraite de leurs parents.
En attendant, pas trop vite quand même, la relève, la troisième génération.

c-a-4

c-a-8

c-a-9

c-a-20

c-a-10

Le Char à Bancs
Famille Lamour
Moulin de la Ville Geffroy
Plélo
02 96 74 13 63
www.ferme-auberge-charabancs-bretagne.com
gwezbout@gmail.com
www.hisse-et-ho.fr
Potée traditionnelle, galettes au blé noir, crêpes bretonnes 

c-b-1

c-a-12