Vélo à Assistance Électrique : La p’tite reine qui aplatit les côtes

0
1201

On en voit par… tout! La quasi absence de transports en commun, le désir de déplacements doux et le relief exigeant de la région font le succès du vélo à assistance électrique (VAE). La nouveauté cette année, c’est qu’on en trouve désormais dans les endroits les plus inattendus, à un tarif inespéré.

Certes, l’agrandissement de l’agglo jusqu’au Trieux a dopé le nombre de points de location, mais les tarifs sont aussi pour quelque chose dans le succès de la location.
140 vélos électriques à 10 euros la journée, 55 la semaine, ça donne envie d’essayer.
Assurance touriste
On peut ainsi (re)découvrir le pays grâce aux boucles vélo balisées par l’Office de tourisme communautaire, autour de Plouaret, Tonquédec, Cavan, Hengoat…
Ou bien les boucles d’intérêt local tout le long de la côte ou encore la vélo-route littorale. Avec une autonomie de 70 km, on part tranquille
Partout où il se trouve, l’important est d’inciter le visiteur à troquer le volant pour le guidon. Que ce soit sur son lieu d’arrivée (aéroport de Lannion, ports de Perros ou Lézardrieux), sur un site d’information (l’un des 16 offices de tourisme), ou son lieu d’hébergement (9 campings, 4 hôtels/résidences), le touriste trouvera une monture de dernière génération qui lui fera envisager les côtes les plus ardues avec sérénité.
Et même dans les commerces comme le Loup Bar, le Proxi de Pleubian ou chez Voiles Performance à Lézardrieux : « Quand on arrive en bateau, c’est sympa de profiter de l’escale à vélo ».
Option travailleur
On peut aussi venir ici pour étudier, travailler. Sortant de la gare ou de l’aéroport, le VAE évitera à l’adepte d’arriver en nage à l’IUT ou au bureau. D’ailleurs des tarifs imbattables sont proposés d’octobre à avril pour les étudiants.

Armor Cycles, pour transformer l’essai

Sur le port de Perros, Korentin Peron loue lui aussi des VAE, mais en plus, il en vend.
« Le bonus gouvernemental de 200 euros jusqu’en fin d’année semble avoir décidé pas mal d’indécis. » Avec 200 achats par an, les courbes s’envolent. En effet, une fois qu’on a goûté au VAE, difficile de s’en passer. Le pas est toutefois délicat à franchir car on dépasse généralement les 1200 euros. Un achat que Yohanna ne regrette pas : « Avec le relief de Perros, tu prends une fois ou deux le vélo classique, puis tu le ranges au garage. Avec le VAE, c’est tous les jours, et sans efforts. »
www.facebook.com/armorcyclesVélo-2Vélo-1