Quatre questions à se poser à propos des mégalithes

0
221
La plus grande énigme concernant les menhirs est la motivation de leur érection : pourquoi tant d'efforts de la part des populations néolithiques?

Il reste peu des 50.000 mégalithes originels d’Europe de l’ouest. La plupart furent détruits aux XIXe. Quand on voit la taille de certains, on se demande ce qui a motivé une telle débauche d’efforts. Et pourquoi il y a des poches de résistance, comme au Vieux-Bourg.

Comment ont-ils été érigés ?
On connaît tous ces schémas d’hommes du néolithique basculant dans un trou un menhir pour le dresser. Une technique valable pour un menhir comme celui de Kergornec, mais pas pour celui de 21 m (et surtout 300 tonnes) de Locmariaquer, et encore moins pour ceux de Baalbek (Liban) estimés à… 1200 tonnes. Il aurait fallu 40.000 hommes ! Le mystère reste entier.
Leur emplacement est-il dû au hasard ?
On pourrait le penser comme au Porzic où le menhir est de même nature que la roche alentour. Mais les pierres bleues de Stonehenge proviennent, elles… du Pays de Galles, à plus de 250 km !
Les menhirs de Pasquiou viennent de moins loin mais semblent eux aussi avoir été traînés à ces endroits précis.
Dans quel but ?
Pour être vus de loin, servir de repères, comme le menhir de Goresto ? Alors pourquoi d’autres seraient-ils fichés au creux de vallons, quasi invisibles ? On a parlé de stèles proportionnelles à la valeur du mort. Le dolmen du Pasquiou et les tumuli de Kernaouët à 3 km ont peut-être servi de tombes, mais aucun reste humain contemporain de l’érection des menhirs (- 5000 à – 1500) n’a été retrouvé. Certains avancent l’hypothèse d’une sorte « d’acuponcture terrestre », les menhirs servant d’aiguilles régulant l’énergie tellurique. D’autres d’alignements reliant les « lieux sacrés » de la Terre. Rien n’a été démontré et s’il faut rester ouvert, beaucoup profitent du vide pour dire n’importe quoi.
Pourquoi davantage au Vieux-Bourg ?
Il y a des zones où les mégalithes ont été mieux préservés: Carnac, St-Just (35), la côte Trégor et c’est vrai qu’entre Le Vieux-Bourg et Canihuel, on en trouve une quarantaine bien conservés. C’est probablement dû à relief vallonné et une agriculture peu agressive. Ou bien, si on se fie à certains, peut-être que la terre y est un peu plus énergétique qu’ailleurs. Qui sait ?

RVB-3

RVB

RVB-4