Le Distoufer à Guingamp : Fabien ne se met pas la pression !

0
32
La décoration du Distoufer (décapsuleur en breton) a été réalisée par Eurielle Jézéquel, décoratrice d'intérieur. Ambiance sixties avec une façade rouge et noire (clin d’œil à En Avant). On peut voir les cuves de fabrication depuis l’espace pub. Des visites pourraient d’ailleurs être organisées très prochainement à raison d’un samedi matin par mois. Par ailleurs, on peut trouver les bières de Fabien dans quelques caves et restaurants de la région.

C’est un endroit qui ressemble à un pub anglais, qui a aussi une petite touche belge, genre estaminet. Le Distoufer, c’est un peu de tout cela. En tout cas, c’est un lieu où on se sent bien et où on a envie de revenir. Une brasserie où on peut déguster et apprécier sa bière dans une ambiance conviviale. Avec modération bien entendu.

« Ex-fan des sixties. Disparus Brian Jones, Jim Morrison, idem Jimmy Hendrix » : Ces icônes du rock, du club des 27 (ces chanteurs morts à l’âge de 27 ans) figurent en bonne place au Distoufer. Chacune des trois bières actuellement brassées dans ce nouvel établissement guingampais porte le nom d’une de ces incomparables idoles. C’est que le tôlier, Fabien Jézéquel, est un « dingue » de musique. Et aujourd’hui un passionné de bière(s). Il conjugue tout ceci dans sa nouvelle activité de brasseur. Un brasseur qui travaille toujours avec une bande son appropriée en toile de fond.
Lui qui était conducteur de travaux a radicalement changé de voie.
« C’est un voyage, il y a deux ans, en Irlande avec ma femme Eurielle qui m’a donné cette idée de faire de la bière. J’ai adoré l’esprit des pubs, explique Fabien. L’année suivante, nous sommes allés au Canada où le concept des bars et restos qui font eux-même leurs bières nous a totalement séduit » .
Le brassage est une activité qui demande doigté et savoir-faire. Le Goudelinais, qui est pour une année encore adjoint aux travaux de sa commune, s’est tout d’abord exercé chez lui avant de passer à la vitesse supérieure ces derniers mois. « Après des recherches persos, j’ai souhaité faire des bières faciles d’approche, sans trop d’amertume. J’utilise la méthode anglaise, celle qui infuse » .
Voilà qui donne une Morrison, blonde typée Belge, une Jones, blonde également mais d’influence anglaise cette fois et une ambrée nommée Hendrix. Ainsi, 2 500 litres de bières sortent par mois des cuves. La Amy Whinehouse et Kurt Cobain (encore le club 27) devraient suivre très prochainement.
« Moi, je souhaite avant tout faire découvrir mes produits dans un cadre chaleureux et qu’il y ait de l’échange. Il faut que les gens se sentent bien et qu’ils aient envie de revenir ».

Distoufer
Brasserie artisanale Guingampaise : bar dégustation et vente direct.
44, rue St-Martin à Guingamp
07 87 85 81 91
Ouvert les jeudis et vendredis de 17h à 20h30 et les samedis de 10h à 12h et de 14h à 20h30 (Si concert jusqu’à minuit).