Samuel Sadaune, auteur et prof : l’écrivain À suivre !

0
292
Actuellement, Samuel Sadaune s’attelle à l’écriture d’une monumentale saga illustrée de 20 volumes de 500 pages « Les nuits des libriphages ». Un sacré travail qui avance bien car il peut écrire vraiment partout : en salle des profs, en train, dans le métro, dans les administrations. « Et le bruit ne me dérange pas du tout. Au contraire, il me suscite des idées ».

Cette fois, l’auteur Briochin Samuel Sadaume, pourtant grand spécialiste du Moyen-Àge, nous entraîne dans un univers résolument futuriste et fantaisiste avec son tout nouveau roman « À suivre ». Nous sommes en 2030, à Lombres. Cette ville d’artistes voit se produire d’étranges phénomènes : un sombre personnage sort d’un tableau de maître afin d’assassiner un écrivain. Et ce de façon récurrente.

Lombres, qu’une ressemblance avec la capitale britannique ne serait pas si fortuite, est devenu une drôle de ville qui doit l’essentiel de son économie à la production de ses artistes (séries, films d’horreurs, vidéos et romans policiers). « L’intrigue du roman se passe lors d’un week-end prolongé d’Halloween. Trois collégiens et un adolescent vont être amenés à traquer un meurtrier sorti d’une peinture dans une histoire où écrivains, juges, artistes se croisent, explique Samuel, tranquillement attablé à une table de bistrot. Il s’agit d’une sorte d’hommage à Edgar Poe avec du fantastique, des tournures originales et aussi beaucoup d’humour à la Dickens ».
Les 768 pages de ce livre, le vingt-sixième publié par Samuel Sadaune toutes catégories confondues (romans historiques, policiers, polards, voyages aux éditions Ouest-France et Mille-feuilles) a été écrit lors des dernières vacances d’été.
« En général, j’écris cinq pages minimum par jour, plus l’été. Je ne me couche pas tant que l’intrigue n’avance pas ».
À suivre  est aussi et surtout prétexte à une satire sur l’économie de notre monde.
Ici, on est loin de l’univers médiéval de La Tour des rancunes qui nous avait conduit (en 2018) dans les rues de Saint-Brieuc et à la Tour de Cesson où un chevalier templier, Michel de Corson, témoin de trahisons et de luttes de pouvoir, traque sur fond de mariage arrangé les coupables de la terrible disparition de six chevaliers.
Loin aussi d’Aimeri, ce jeune novice orphelin du Moyen-Age, créé sur les conseils de Marjelaine Pereira alors éditrice et ancienne élève de Samuel, qui va d’aventure en aventure. Loin également de Jules Verne dont il est un incontournable spécialiste .
Jules Verne, Edgar Poe, Charles Dickens sont, on l’a vu, les maîtres en littérature du Briochin. Mais également Walter Scoot et Umberto Eco.
« Ma passion pour l’écriture m’est venue en découvrant Charles Dickens, » confesse-t-il. Une passion précoce, à l’âge de 12 ans.
« Je m’ennuyais beaucoup à l’école. Alors j’écrivais et j’écrivais. Encore et encore ».
Et ironie du sort, Samuel est aujourd’hui, après un parcours atypique, professeur de lettres au collège St-Dominique et au Lycée Notre-Dame de Guingamp. Le voici donc devenu professeur-écrivain.
« Non, rectifie-t-il. Un écrivain qui donne des cours ».

Samsad éditions. Il est possible de se procurer les livres lors des salons via Facebook ou alors au 06 03 00 39 70