Saint-Brieuc, terre de talents, tout simplement

0
37

Ils y sont nés, y ont vécu, s’y sont révélés, y sont passés ou y sont juste enterrés ; voici une liste non-exhaustive des talents qui font ou ont fait briller le nom de la cité des vallées.

François Budet. Né et mort à Plaine-Haute (1940-2018). Ouvrier puis animateur culturel, c’est en visitant Loguivy de la mer en 1965 qu’il crée la chanson éponyme devenue quasi hymne national. Un succès embryonnaire qui se diffuse d’abord sous forme de cassettes échangées avant un 45 tours phénoménal en 1973. Dans d’autres chansons, il a prédit dès 1968 la chute du mur de Berlin et un président US noir.

Yelle. De son vrai nom Julie Budet (fille de François), née et grandie à Plaine-Haute. C’est à 17 ans qu’elle rencontre le DJ Grand Marnier qui l’initie aux tempos techno. C’est sans doute sa maman féministe qui lui suggère de féminiser le pseudo qu’elle s’est choisi, YEL (You Enjoy Life). Elle court le monde et les succès, qui le lui rendent bien.

Julie Bresset. Née à Saint-Brieuc, grandie à Plœuc, c’est au VTT club d’Hillion qu’elle fait remarquer son coup de pédale. Ses progrès sont si fulgurants qu’elle gagne l’or olympique à Londres en 2012, sans oublier ses titres de championne du monde de 2011 à 2013. Après blessures et maladies, elle garde espoir pour les JO de 2020 au Japon.

Hervé Hamon (photo ci-dessus) et Christian Prigent. Ecrivains classés à gauche nés après guerre à Saint-Brieuc. Le premier est connu pour ses enquêtes avec Patrick Rotman : Tant qu’il y aura des profs, Génération… Le second pour son franc-parler, tant en poésie (Ecrit au couteau) que dans ses romans, parfois écrits en vers. Tous deux militent pour la restauration de la Maison du peuple en centre-ville.

Ronan Luce

Sans oublier… Villiers de l’Isle-Adam (photo), Ronan Luce, Roger Nimier, enterré au cimetière St Michel comme le père d’Albert Camus qui venait souvent avec André Malraux voir leur ami Louis Guilloux.