Nathalie Le Jan, relieuse d’art : finesse d’une harpiste, force de forgeron

0
37
Formée à l'école de Lisieux puis chez un artisan de La Clarté à Perros-Guirec, Nathalie Le Jan se veut « irréprochable au niveau technique » dans un art qui s'est développé à la fin du Moyen-Âge.

De mémoire, Nathalie Le Jan a toujours été entourée de livres. Toute petite déjà, elle adorait lire. Une vraie passion. Il n’est donc pas si étonnant qu’elle se soit tournée vers une activité qui se donne pour mission d’embellir ou de restaurer des ouvrages plus ou moins anciens. De leur procurer en quelque sorte une nouvelle vie. Le métier de relieuse d’art lui sied à merveille.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le travail d’une relieuse d’art est assez physique. « On est souvent debout et nos gestes oscillent entre la finesse et la force, entre la pratique d’une harpiste ou celle d’un forgeron », s’amuse Nathalie Le Jan.
C’est en tout cas un métier qui demande de la patience, une certaine technique bien sûr mais aussi de la minutie et un véritable amour pour le travail bien fait.
« Les gens qui viennent me voir tiennent évidemment beaucoup à leurs livres. Ce n’est pas toujours une question d’argent d’ailleurs : ça peut aussi être sentimental, pour un livre de cuisine d’une grand mère par exemple. En général, ils savent ce qu’ils veulent. En venant ici, ils se font plaisir, un peu comme quand on va s’acheter un très bon vin. »
Il faut environ une semaine pour restaurer un « classique. » Et là tout est possible : le demi-cuir (la mode du moment), le plein papier, la pleine toile et même le parchemin. C’est au choix.
Débrocher, coudre les cahiers, encoller ou emboîter la couverture (de 60 à 100 opérations en moyenne), telles sont les tâches de l’artisan-relieur. « Et en France, nous avons la réputation d’être les meilleurs. Ici, le travail est très fin et perdure longtemps », confie celle qui partage son temps entre la boutique d’artisans de Saint-Quay-Portrieux et son atelier situé dans le jardin de sa maison de Robien à St-Brieuc .
Créatrice dans l’âme, Nathalie imagine et confectionne également de magnifiques carnets d’adresses et albums ainsi que d’étonnants bijoux en cuir de poisson (sa spécialité) ou… d’autruche. À découvrir au plus vite.

Un été sous les Arcades
Expos, ventes (Sacs, peintures, reliures, bijoux, décorations, textiles, illustrations, meubles, etc…)
8, rue de Clémenceau
Saint-Quay-Portrieux
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 12h30 et de 15h à 19h et le dimanche lors des vacances scolaires.