Édito : Retour au sauvage central

0
185

En Europe, 30 % des oiseaux, 60 % des vertébrés, 80 % des insectes ont disparu… Pas de vie possible sans eux. Edward Wilson, père de la biodiversité, a suggéré l’idée d’une demi-planète pour les activités humaines, l’autre pour la nature. En dehors des vastes steppes, il serait bon aussi de parsemer nos régions d’oasis de bio-sérénité et de couloirs réensauvagés. Pourquoi pas certains lieux de Bretagne centrale délaissés par l’agriculture ? Pourquoi pas les corridors que sont nos vallées côtières ? L’homme gagnerait à faire de la place au reste de la création, comme c’est déjà le cas en Angleterre, aux USA, dans le Vercors. Pourquoi pas, également, une vaste forêt centrale, exploitée mais pérennisée, diversifiée, afin que la Bretagne retrouve une partie de sa chevelure ancestrale et devienne autosuffisante en bois, ce matériau du futur ? C’est le dossier de ce Flâneur de printemps qui, nous l’espérons – même si ce n’est plus de saison – vous incitera à planter dès l’automne prochain. Aux arbres citoyens !