Noé, Olivier et Jacky : Avec le Solex en partage

0
52
Noé, ici avec son surf-Solex (offert par Jacky), a attrapé le virus du Solex avec celui-ci et Olivier, son père. Dire que ce cadeau lui a fait plaisir relèverait de l’euphémisme.

Leur histoire a débuté, comme pour beaucoup, sur la toile. Olivier Arhent, sorte de brise-fer patenté, pas bricoleur pour un sou, avait alors un réel problème de…VéloSolex. Une panne récurrente l’a poussé à démonter entièrement sa « vieille Dame ». Mais voilà, impossible de la remettre sur pied (ou plutôt sur roue). C’est à ce moment qu’il contacte, via facebook, Jacky Heurtel, son sauveur.
« Jacky est une référence, un Monsieur Solex, souligne, enthousiaste, Olivier. Une sorte de Géo trouvetout. » Le courant passe très bien entre le Briochin et le gars de Pléguien et cela fait maintenant deux ans qu’ils roulent régulièrement ensemble. De préférence par beau temps.
« Nos sorties sont spontanées, souligne Jacky. Le gros intérêt, c’est que l’on prend des chemins de traverse, des routes peu fréquentées. On passe partout et on découvre de beaux coins. Et surtout, on n’hésite pas à mettre pied à terre pour admirer les paysages. »
Olivier, quant à lui, adore. « C’est un moment de partage et de franche rigolade. On se tire même la bourre. » De la rigolade certes mais en toute sécurité. « Nous avons toujours nos gants, notre casque. C’est sécurité maxi. »
Ces sorties rappellent à Jacky, 70 ans aujourd’hui, un temps jadis où il sillonnait les routes avec son Solex pour rejoindre la gare de Lamballe ou effectuer son travail saisonnier de facteur. Il avait alors 15 ans.
« J’ai travaillé deux mois pour me payer mon premier Solex qui était un engin assez révolutionnaire. Rouler à 30 km/h n’était pas si minable à l’époque. D’ailleurs, les médecins, les représentants de commerce l’utilisaient. Ça s’était bien démocratisé vers les années 60. »
Aujourd’hui, le rêve de Jacky serait d’inventer un hybride électrique-thermique. Il y travaille avec assiduité. Il ne serait pas si étonnant qu’il parvienne à trouver la solution. Pas étonnant du tout à dire vrai.