«Chez Ludo, c’est tout bio» : «Allez les vers !» dit le maraîcher

0
519
L'exploitation de Ludovic a aujourd'hui trouvé un bon équilibre financier . Ce qui a permis l'embauche d'un temps partiel qui n'est pas de trop pour cultiver ces appétissants radis noirs, tomates, courges, butternut, oignons, melons, panais, carottes, poireaux...

« Chez Ludo, c’est tout bio ». D’emblée, le décor est planté. Ce n’est pas ici, au Jardin de l’Arguenon, que vous trouverez du glyphosate. Ludovic Rault est plutôt branché paillage et maraîchage en sol vivant. Et il peut compter sur de bien précieux auxiliaires avec les vers de terre, insectes, oiseaux et autres petites bêtes.

5

Sa petite exploitation d’1,3 hectare se situe dans la plaisante campagne de Plédéliac, à quelques kilomètres seulement du bourg. Ludovic Rault s’est installé là en 2013, tout d’abord avec un associé, avec la ferme intention de cultiver toutes sortes de légumes bio de saison. Et uniquement bio.
« C’était le projet. Je m’inspire de la permaculture ou, tout du moins, je pratique le maraîchage en sol vivant. La terre est, par exemple, très peu travaillée. Juste en surface. Et, bien sûr, je n’utilise ni pesticide, ni fongicide, ni insecticide, » explique tranquillement Ludovic, son éternel chapeau sur la tête.
Les plantations et le ramassage se font manuellement. Il possède à cet effet des outils tels que la campagnole ou la grelinette qui lui permettent notamment de décompacter la terre. La fonction du tracteur, modeste, est de faciliter la manipulation du matériel et des légumes. Pas plus.
Le paillage a aussi une importance primordiale dans la technique de culture de Ludo. Il pourrait vous parler des heures durant des multiples avantages de cette façon de faire. « La croissance de la plante est grandement favorisée. La terre conserve aussi la chaleur en hiver, la fraicheur en été et, en plus, on économise en eau et en désherbage » .
Toujours est-il que la terre vit bien mieux. « Pour moi, la taupe n’est pas du tout un animal nuisible. Au contraire, tout comme les vers, elle remue la terre et la fait respirer. La vie dans le sol remplace en fait l’outil et réalise un bien meilleur travail ».
Aidé ou pas par les taupes ou les « buzhug » (nom breton des vers de terre), Ludovic n’en possède pas moins un emploi du temps dense. S’occuper des serres (150 m2 de pépinière et 2 000 m2 pour ses légumes), du plein champ et de la vente lui demande environ 70 à 80 heures hebdomadaires, un peu moins en hiver.
« Actuellement, je cherche à améliorer mes conditions de travail, poursuit Ludo. Je me suis équipé d’un quai et d’une rampe pour faciliter les chargements. Un local de vente va également voir le jour afin d’améliorer l’accueil ».
Par contre, l’installation de l’électricité n’est toujours pas à l’ordre du jour.
Perfectionniste et ayant en permanence le souci de l’environnement, Ludovic Rault souhaite « aller le plus loin possible dans la qualité pour la santé de tous » et s’efforce de proposer des prix abordables. C’est son engagement.

4

3

Le Jardin de l’Arguenon
Le Plessis Camet
Plédéliac
06 16 22 71 32
www.jardin-arguenon.fr
Marché le jeudi à Lamballe et le vendredi au Géant (les Villages) de Saint-Brieuc. Vente sur place le samedi de 10h00 à 12h00. Panier sur abonnement.

2