Lamballe : la balade citadine des cent lavoirs

0
100

Balade citadine de 5 km et deux bonnes heures. Ou plus si on tient à admirer tous les lavoirs, le haras national, la Maison du bourreau (Musée M. Maheut) ou la collégiale. Attention : pas de balisage.

  1. Du haras national, prendre à gauche les rues du Jeu de paume, de la Garde, puis tourner à droite rue du Dr Lavergne. Après le n° 12, dans l’impasse, 6 lavoirs privés sont visibles
  2. Prendre gauche, rue du Bief, une dérivation présente 5 lavoirs. Au bout, tourner à gauche, on longe la voie ferrée. Au Pont Doré, 2 lavoirs se font face.
  3. Entrer dans le jardin public, longer sur une rive ou l’autre le Gouessant, on note sur le bief une suite de lavoirs jadis utilisés par des micro-tanneries. Le premier lavoir public ombragé d’un saule se trouve au pied du pont (en 4)
  4. Traverser la rue du Gal Leclerc, prendre l’étroit trottoir surplombant la rivière. Face au Pont Calmet, on arrive au grand lavoir public modifié en 1872 (en 5).
  5. Tourner à droite, rue de Bouin, puis gauche rue Mme Rouxel Bertin, puis à gauche, chemin des Basses Rivières. En longeant le collège on arrive à l’étang dont il est possible de faire le tour.
  6. Revenir le long du Gouessant. Le chemin des lavoirs présente 40 lavoirs privés, en bout de jardins, dont certains offrent des reconstitutions kitsch ou/et drôles.
  7. Traverser la rivière et longer la place des Tanneurs, prendre à gauche, traverser le pont, repasser par les points 5 et 4, reprendre le pont à droite, puis à nouveau à droite rue St-Jacques et son lavoir.
  8. Au bout de la rue, tourner à gauche et à droite pour rejoindre la place du Martray et sa Maison du Bourreau qui abrite le musée du peintre Mathurin Maheut (en 9).
  9. Par la rue du Four, on rejoint le parc de l’ancien château dont il ne reste que la Collégiale. (en 10).
  10. Par les rues de la Tour aux Chouettes puis de la Croix au Lait, rejoindre le Haras national dont la visite couronne la balade.