Sylvère Burlot, l’accordéoniste virtuose : L’homme qui valait 3 000 bals !

0
35
Outre les bals et les thés dansants, Sylvère propose des concerts dans un genre différent, plus court, moins dansant. Très inspiré par la chanson française et sa Bretagne natale, il a déjà composé plus de 200 titres. Il se produit sur scène (avec un ou deux musiciens) avec, toujours, « cette même envie et ce même plaisir ». La carrière de Sylvère est aujourd’hui jalonnée de 17 CD et de 3 DVD où on peut le voir et l’entendre jouer du bandonéon, vibrandonéon et bien sûr de l’accordéon.

Vélo et accordéon ont toujours fait bon ménage. Issue d’une famille de cyclistes de bon niveau, Sylvère Burlot, le virtuose de Tréguidel, a baigné toute son enfance dans une ambiance populaire faite de courses et de musiques. C’est sûrement là, au bord des circuits, qu’est née sa vocation de musicien. Aujourd’hui, l’accordéoniste professionnel effectue plus de deux cents dates annuelles. Une vrai performance.

Il ne vous le dira pas mais Sylvère Burlot est un phénomène dans son domaine. Une pointure, une valeur sûre du bal musette . Il est demandé partout. Dans le Grand-Ouest bien sûr mais aussi dans le Nord de la France, en Vendée, en Ardèche, en Espagne, vraiment partout. En moyenne, le musicien-chanteur effectue plus de deux cents dates par an. Excusez du peu.
Sa carrière, il l’a débute très tôt, à 15 ans. Et cela fait maintenant deux décennies qu’il écume les salles de bal et les thés dansants, seul ou avec ses musiciens.
« J’ai commencé l’accordéon à 10 ans avec, très vite, l’envie de jouer devant un public ». Ainsi, il « tanne » son père pour que celui-ci l’emmène sur les marchés et les foires du coin.
« C’est une vraie école de la vie, car les gens ne sont pas toujours tendres même avec un enfant. Et ça m’obligeait à travailler mon instrument ».
La vocation du jeune Sylvère est sûrement à chercher sur les bords des circuits, lorsque les week-ends familiaux étaient rythmés par les courses de vélo du dimanche. C’est là qu’il découvre l’ambiance propre à cette discipline et ce qui allait devenir sa grande passion : L’accordéon.
« Pour moi, il est synonyme de courses, de fêtes foraines, d’un univers festif. J’aimais ça ! » . Très vite, il prend des cours avec Dominique Moisan et Daniel Cherdo, progresse rapidement et veut lancer sa propre formation. « Mon père n’était pas très chaud. Je n’avais pas encore 15 ans. Mais bon, j’ai quand même passé une annonce dans le Ouest-France pour un éventuel remplacement. Et j’ai ainsi pu jouer avec le groupe Alliance ». A peu près au même moment, il envoie une cassette à l’émission de télé du samedi après-midi Sur un air d’accordéon animée par Michel Pruvot. Et un mois après, il reçoit une invitation pour y participer.
« Les gens étaient contents de voir un jeune qui aurait pu être leur petit-fils jouer de l’accordéon ». Sa notoriété fait alors un bond. Et il crée pour de bon son groupe avec deux compères plus expérimentés avec qui il « a énormément appris ». La suite n’est qu’une longue farandole de bals. Bals qui évoluent beaucoup ces dernières années. « On ne joue plus des airs comme le petit vin blanc. Aujourd’hui, on est plus sur du Johnny, du Sylvie Vartan, sur de la chanson française et aussi pas mal de musiques latines. C’est ce que notre public, environ 70% de retraités, nous demande ».
Peu sportif lorsqu’il était enfant, Sylvère s’est récemment mis à la compétition cycliste. Et il a « fait » quelques podiums et a déjà remporté deux victoires en catégorie départementale. Quand on vous disait que vélo et accordéon s’accordaient à merveille.

Sylvère Burlot
Tréguidel Tél : 06 83 53 25 77